Marseille 12ème

Le 12e arrondissement : la ville côté campagne

À l’est de l’hypercentre, le 12e arrondissement est un harmonieux ensemble de quartiers historiques et d’îlots urbains plus récents. Jalonné de nombreux parcs et squares, il occupe un espace longtemps dédié à l’agriculture. Son urbanisation a été dopée en 1922 quand fut percé le boulevard Ernest-Gasquy du nord au sud.
Les cœurs des anciens villages ont toutefois conservé tout leur charme. Tels Montolivet, jadis réputé pour abriter de belles oliveraies, ou Saint-Barnabé, en bordure du plateau surplombant le Jarret, rocade qui sera à terme dédiée à 50 % aux piétons et cyclistes. Sans oublier Saint-Julien, village promontoire, qui domine la vallée de l’Huveaune.

Des maisons et des cultures

Les constructions du XXe siècle ont préservé des espaces agricoles (le Relais Nature de la Moline, la ferme bio pédagogique du Collet des Comtes ou l’espace de permaculture du Talus) comme d’anciennes bastides résidentielles entourées de parcs verdoyants.
Ce n’est donc pas un hasard si le 12e arrondissement (60 000 habitants seulement) compte plus de propriétaires que l’ensemble de la ville (65 % contre 49%), plus de maisons individuelles (33 % contre 18%) et des logements globalement plus vastes (52 % comportent 4 pièces ou plus, contre 38%).

Des symboles de Marseille

Bien desservi par trois stations de métro de la ligne 1 (dont le terminus de La Fourragère), une quinzaine de lignes de bus et cinq stations de la ligne 1 du tramway, le 12e arrondissement abrite aussi deux sites emblématiques de Marseille : le centre d’entraînement de l’OM, la Commanderie, et la villa des Mille Roses, une maison de maître du XIXe siècle où vécut Fernandel. Plus symbolique, à part le Vieux-Port et la Bonne Mère, c’est difficile ! Dans le 12e, c’est le cœur de la ville qui bat, mais avec un bâti aéré, le charme des villages et des poumons verts en plus…

10 appartements disponibles à la vente